Il est des personnes qui viennent au cabinet, parfois en urgence, avec qui on travaille quelques semaines et qui cessent de venir quand nous estimons ensemble que le motif de leur venue n'est plus un problème ou qu'elles ont acquis les outils pour le dépasser. Elles savent qu'elles peuvent revenir si besoin... Plus tard.

Bien sûr, on ne peut pas parler dans ce cas de psychothérapie mais plutôt d'un accompagnement dont cette personne avait besoin pour franchir une étape particulière ou dépasser une situation exceptionnelle.

C'est une autre façon de travailler que je peux proposer parfois, dans certaines circonstances....

 

LES ACCOMPAGNEMENTS

 

De nombreuses situations méritent un accompagnement, sans forcément remettre en question tous les pans de son existence. C'est le cas, entre autre dans :

 

  • Les difficultés passagères du couple,
  • Les ruptures de communication au sein de la famille,
  • Les grossesses difficiles,
  • Les dépressions post-partum,
  • Les situations conflictuelles au travail,
  • Le harcèlement,
  • Les choix de vie à réaliser,
  • Les réorientations professionnelles,
  • Certains âges de la vie (adolescence, ménopause, retraite,...),
  • La maladie d'un proche, psychologiques ou autres,
  • La dépression, les tentatives de suicide d'un proche,
  • Les deuils,
  • L'adeptat d'un enfant pour une mouvance sectaire, la perte d'un proche suite à une radicalisation,
  • Les traumatismes de toute nature qui sont à considérer et à travailler, en dehors de tout projet de psychothérapie,
  • Les situations de tensions, de stress qui perdurent dans le temps,
  • ...

 

Autant de passages difficiles qui peuvent amener à consulter sans pour autant s'engager dans une psychothérapie. L'accompagnement est en effet caractérisé par des séances dont la fréquence peut être moins soutenue que dans une psychothérapie. C'est un travail ponctuel dont l'objectif est de répondre à une demande précise et sur un temps relativement court. Même si la fréquence des séances pourra être moins soutenue (ce qui n'est pas une évidence dans toutes les situations), l'accompagnement devra être investi, régulier et assidu au même titre que dans le cadre de la psychothérapie.

 

Même si ce n' est pas l'objectif premier, l'accompagnement peut parfois révéler la nécessité d'un travail thérapeutique plus profond. Le cas échéant, ce point est abordé et discuté en séance.

 

Le cadre de cet accompagnement est décidé conjointement, au cas par cas et toujours lors d'un premier rendez-vous de point de situation.